Avec Philippe Brocard, Baryton soliste du chœur de l’armée Française,

Philippe Brocard découvre la musique grâce au piano dès l’âge de 5 ans. Après avoir successivement travaillé avec claire Delcros et Denise Rivière, il participe à des Masters classe, notamment avec François René Duchable.

Il remporte plusieurs prix dont le Prix du meilleur Interprète Masculin au Concours International ARMEL OPERA en Hongrie présidé par Raymond Duffaut. Dans le cadre de cette compétition, il est invité par le Center for Contemporary Opera (CCO) à se produire à New York ainsi qu’à l’Opéra National de Szeged (Hongrie) pour y interpréter le rôle-titre de Jay dans l’opéra de William Mayer : a death in the family, opéra qui remporta également le prix du public ARTE. En 2013, il remporte le 1er prix au Concours International d’Opérette de Marseille en catégorie duo, ainsi que le prix du public et le grand prix d’honneur de la ville de Marseille. En 2014, il remporte à l’unanimité le 1er prix Homme de ce même concours.

On a également pu l’entendre interpréter en soliste de Chant des Partisans à l’occasion du défilé du 14 juillet 2006 sur les Champs-Elysées (en diffusion simultanée sur TF1 et France 2).

A la scène, il interprète Figaro (Barbier de Séville de Rossini), les Carmina Burana, Belcore (l’Elixir d’Amour de Donizetti), Don Giovanni (Don Giovanni de Mozart avec la Mozart Gessellschaft de Dortmund), Papageno (la Flûte Enchantée), le Comte (les Noces de Figaro), le Baron de Gondremack (la Vie Parisienne d’Offenbach) aux estivales en Puisaye, Jupiter (Orphée aux Enfers), le Comte Oscar (Barbe Bleue), Agamemnon (la Belle Hélène), Brissac ( Les Mousquetaires au couvent de Varney), dans le cadre des Estivales en Puisaye, John Sorel (Le Consul de Menotti avec l’orchestre Pasdeloup dirigé par Inaki Encina Oyon, Falstaff (Faslstaff de Salieri) avec l’Ensemble Diderot, Escamillo (Carmen), Don Juan (Violettes Impériales) de Vincent Scotto…et ce dans beaucoup de théâtres et opéras internationaux: Théâtre du Châtelet, Opéra d’Avignon, Grand Théâtre d’Angers, Konzerthause de Dortmund ,Centre d’Opéra Contemporain de New York, théâtre de l’Athénée (Paris), Opéra National de Szeged (Hongrie), musée National de Pékin, Opéra de Shanghaï, the Symphony Hall d’Osaka…

Soliste avec l’orchestre de la Garde Républicaine sous la direction de François Boulanger, il se fait remarquer notamment par ses interventions régulières lors des diners d’Etat au Palais de l’Elysée. Tout au long de son parcours, Philippe suit les conseils d’Hanna Schaer, Jean Philippe Lafont, Rémi Gousseau, Denise Duplex, Cyril Diederich…

Depuis 2008 il fait partie du Choeur de l’Armée Française, Il est également Directeur artistique des Estivales en Puisaye (Festival de musique classique dans l’Yonne) .

En 2017, il est élevé au rang de chevalier de l’ordre des Arts et Lettres.

Parallèlement à sa carrière de chanteur, il est pianiste et co-compositeur de la musique de scène de la pièce « le Crime de l’orpheline » déjà joué en 2016 au théâtre du Ranelagh (paris) et au festival d’Avignon (La Luna) avec Florence Andrieu et Flannan Obé mise en scène par Philippe Lelièvre.

Avec Fabrice di Falco Sopraniste,

Le contre-ténor, Fabrice di Falco, Chevalier de la Légion d’honneur est né en Martinique à Fort de France. Il obtient le premier Prix du Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt en 1999. Fréquemment invité dans des Productions d’Opéras Baroques et d’Opéras Contemporains en France et à l’étranger, il se produit en récital soliste également dans des Festivals Internationaux comme en Allemagne, Russie, Suède, Italie, Argentine, Afrique, Roumanie, Azerbaidjan, Japon, aux Bermudes…etc. Son timbre particulier lui permet de chanter pour Sa Majesté la Reine du Danemark au Palais de Fredensborg et depuis 2005 pour Sa Majesté le Sultan Qaboos bin Saïd avec l’Orchestre omanais dans un programme autour des Castrats.

Les critiques musicaux saluent l’artiste pour la qualité de son timbre pur et l’éclectisme de ses programmes musicaux, du baroque au jazz, en passant par des Œuvres contemporaines jusqu’à la comédie musicale. Au Forum d’Avignon 2012, il rend Hommage au poète Aimé Césaire devant notamment Barbara Hendricks dans la salle du Conclave avec un duo Slam / Opera. Cette idée de mélanger le Slam à L’Opéra connait un immense succès notamment à la Chapelle du Verbe Incarné lors du Festival en Avignon invité par Greg Germain en Juillet 2013. Octobre 2013 est le début d’une histoire avec le Théâtre du Gymnase à Paris avec son spectacle  » One Vocal Show  » ou il rend hommage de Farinelli au Roi de la Pop  » avec le di Falco quartet que l’on a retrouvé une fois par mois dans ce beau théâtre Parisien et qui reviendra en Septembre 2016. Le premier disque du di Falco Quartet est salué par la critique pour l’originalité d’y avoir associé une voix rappelant celle des castrats avec un trio de Jazz.
Le second disque est prévu pour Octobre 2016 avec notamment le Stabat Mater de Vivaldi en version Jazz. Fabrice di Falco continue par sa voix à être l’ambassadeur de la Musique Métissée à travers les Opéras, les Concerts, les Galas Caritatifs et les Masterclasses qu’il donne aux élèves curieux des voix d’hommes aigues dans tous les styles musicaux. Amoureux du métissage musical et vocal, le contreténor Martiniquais soutient depuis trois ans le Festival Musiciennes en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane en formant des duos avec des chanteuses de la Caraibe et la pianiste Lydia Jardon. En 2015 Fabrice di Falco a remporté un succès auprès de la critique internationale pour son interprétation du rôle de Fak dans l’opéra » Quai Ouest  » de Régis Campo à l’Opéra du Rhin (en français) et Opéra de Nuremberg (en allemand). On A ap
plaudi en 2016 le contre-ténor dans le rôle titre du Roi Obéron dans  » A midsummer night’s dream  » de Britten à l’Opéra de Metz dans une mise en scène de Paul-Emile Fourny ainsi que dans une version au Moulin Jaune mis en scène par le clown Slava Polounine. En version concert avec orchestre à Dubai et Oman en Décembre 2017. New York Times article de la journaliste Fernanda Eberstat, intitulé « Who can resist a man who sings like a woman » dans lequel Philippe Jaroussky critique Di Falco :  » Di Falco est une voix intrigante décalée par rapport aux modèles habituels.

Avec une voix qui glisse étrangement du baryton au soprano, il est aussi à l’aise chanter pour chanter Bach que de chanter avec le saxophoniste de jazz Manu Dibango. « J’ai été choqué par la différence entre son physique et sa voix cristalline et aiguë », a rappelé Jaroussky. « Il avait ce visage beau et androgyne, et une voix comme Barbara Hendricks. Dès que je l’ai entendu, j’ai eu l’étrange sentiment que je pouvais faire ça, aussi. J’ai su immédiatement que c’était ce que je voulais faire de ma vie. »

Avec Manuel Sudrie, Trompettiste

Manuel Sudrie, Trompette solo de l’orchestre de la musique de la gendarmerie mobile
Et membre du quintette de cuivre

Né dans le Périgord, Manuel SUDRIE découvre la trompette à l’âge de 7 ans lors d’une animation scolaire. Il débute son apprentissage avec Mr Clarhaut Pascal (Trompette Solo de l’Orchestre de l’Opéra National de Paris).
Divers stages et formations d’orchestres d’harmonies lui permettent d’acquérir de solides compétences musicales. Dès lors, il obtient en 1997 le Prix de la ville de Périgueux suivit en 1999 d’une Médaille d’Or au Conservatoire National de Région de Bordeaux avec Mr Francis Hardy (ancien Trompette Solo de l’orchestre de l’Opéra de Paris et Soliste International).
En 2001, il poursuit ses études musicales au CNR de Boulogne-Billancourt avec Mr Frédéric Presles où il obtient un 1er Prix à l’unanimité avec les félicitations du jury.

En parallèle il effectue son service militaire durant 2 années au sein de la Musique Principale de l’Armée de Terre, à Versailles-Satory. Cette dernière lui permettra d’effectuer des Rencontres Musicales Internationales aux Etats-Unis, en Corée du Sud, en Suisse.
Il se perfectionne lors de sessions de stages avec :
R. Delmotte, F. Hardy, W. Guggenberger P. Dutot.
En 2005, avec le quintette de cuivres « BRASS CONCEPT » il remporte le 1er Prix International de l’UFAM, ainsi que le Prix Spécial du Jury de Saint Cosmes en Vairais.
Actuellement, Manuel Sudrie est Trompette Solo de l’Orchestre de la Musique de la Gendarmerie Mobile et membre du Quintette de cuivres de cette dernière.
Il se produit depuis quelques années avec Laurent JOCHUM en formation « Trompette et Orgue ».
Il est également membre du « Brass Band AEOLUS » en tant qu’Alto Mib depuis septembre 2015.

Manuel Sudrie souhaite renouer avec le répertoire du « Trompette et Orgue » comme le fait encore aujourd’hui son Maître Francis Hardy (1er Prix de Genève).

Avec Philippe Borecek, Accordéoniste

A son propos, Marcel Azzola écrit : « Le monde de l’accordéon vient de s’enrichir d’un talent incontournable ».

Après avoir suivi les cours du concertiste Frédéric Guérouet, Philippe Borecek obtient de nombreux prix nationaux et internationaux (Castelfidardo – Italie, Arhem – Pays-Bas, Grand Prix International à Saint-Etienne en musique de chambre).

Plusieurs fois invité à jouer au sein de l’Orchestre Philarmonique de Radio- France sous la direction de Marek Janowski, il participe également à la création des opéras La Belle Lurette de Vincent Bouchot (La Péniche-Opéra) et Raphaël reviens de Bernard Cavanna (ARCAL), et d’une Messe pour 8 chanteurs et 2 accordéons de Vincent Bouchot dans le cadre des Rencontres Musicales Internationales de Vézelay. Son duo avec l’accordéoniste Pascal Le Pennec l’emmène sur les scènes du monde entier (Allemagne, Tunisie, Roumanie, Arabie Saoudite…) ; ensemble, ils enregistrent un CD chez SKARBO salué par la critique (« Une entreprise admirablement menée par deux artistes de premier plan » Répertoire des Disques Compact juin 1999).

En 2009, Philippe Borecek monte un répertoire en soliste destiné à n’être joué qu’en église et intitulé « Accordéon Liturgique ». Il se produit ainsi dans diverses églises de France (Eglise Saint-Merry à Paris, Cathédrale d’Auxerre, Basilique de Mantes-la-Jolie, église de Solliès-Ville, etc.) et à l’étranger (Autriche et Angleterre). Il se produit régulièrement à l’Opéra du Rhin à Strasbourg dans le cadre des Samedis éclectiques (concerts autour du tango, de Kurt Weill et du Japon)

Eclectique, Philippe Borecek travaille régulièrement pour le théâtre : notamment avec Macha Makeïeff (Les Apaches et Ali Baba – production Théâtre National de Marseille La Criée; représentations au TNP et au Palais de Chaillot, tournées dans toute la France) et Luc Bondy (Ivanov de Tchekhov au Théâtre de l’Odéon).